• N'écris pas ! N'écris plus ! Vidéo

     

      

     

     L’image contient peut-être : 1 personne

     

     

    Texte choisit par    

     Compositeur - Mélodiste - Interprète - 

    Pour une composition musicale et une interprétation par lui-même. 

    Texte de Ghislaine Nicolas

     

    " N'écris pas ! N'écris plus ! "

     

    " N'écris pas ! N'écris plus ! "

     

     

    Je suis tristement seul et je voudrais m'éteindre

    Mes pensées loin de toi, c'est la nuit sans flambeau.

    J'ai refermé mes bras qui ne peuvent t'atteindre,

    Et frapper à mon cœur, c'est frapper au tombeau.

     

    N'apprenons à jamais qu'à mourir à nous-mêmes.

    Ne demande qu'à Dieu... Qu'à toi, si je t'aimais ?

    Du fond de ton absence me dire que tu m'aimes,

    C'est atteindre le ciel sans s'y rendre jamais.

     

    N'écris pas ! N'écris plus !

     

    Je te crains, Ô faiblesse ! J'ai peur de ma mémoire !

    Elle a gardé tes mots qui me parlent souvent.

    Une chère écriture est un portrait vivant.

    Difficile d’aimer ce qu’on ne peut avoir.

      

    N'écris plus ces mots doux que je n'ose pas lire ;

    Mais qui sont source vive pour abreuver ma soif.

    Ne montre pas l'eau pure à qui ne peut la boire !

    Mon corps se déshydrate : j'ai peur et je délire.

     

    N'écris pas ! N'écris plus !

     

    Il semble que ta voix se répand sur mon cœur

    Et qu'elle vient me brûler à travers mes soupirs,

    Nous n'avons pas le droit de goûter au bonheur

    Quand tes lèvres, sur les miennes, viennent y mourir...

      

    Il nous faut arracher cet amour trop fragile.

    Il est toujours le temps de pouvoir essayer !

     Bien trop tard, nous nous sommes connus, séduits, aimés.

    Ne vivons plus nos rêves en lisant nos écrits.

     

    N'écris pas ! N'écris plus !

     

    Nous ne sommes pas libres. Il faut arrêter çà !

    Heureux ou malheureux, la chose importe peu !

    Si tu m'aime vraiment, il faut en rester là.

    Mieux vaut se résigner, et s'oublier, nous deux.

     

    On s'est connu trop tard. Dans ma vie, c'est l'orage.

    Trop attaché à toi, ébranle mon courage.

    C'est trop dur, avoue-le, de couper le cordon

    Pour un amour mirage, une trop grande illusion.

     

     N'écris pas ! N'écris plus ! 

     

    Nous n'étions que nous deux au jardin de Vénus,

     Où nous vivions un rêve, un amour merveilleux.

    Il ne faut plus m'écrire car c'est trop douloureux

    De se dire et redire encor' une fois adieu...

    ... Adieu... Adieu...

     

    N. GHIS.

    N'écris plus! 

    Poème retouché le 13 février en texte de chanson.

    Le texte en forme de poésie existe toujours... 

       

    sceau copyright  

      

     

     

  •  

     

     

     " N'écris pas ! N'écris plus ! " 

     

    Texte choisit par    

     Compositeur - Mélodiste - Interprète - 

    Pour une composition musicale et une interprétation par lui-même. 

    Texte de Ghislaine Nicolas 

     

    Si je n'avais plus le temps 

     "means "if I had no more time..."


    Si le temps devait s'arrêter pour moi
    Si je n'avais plus que très peu de temps
    Je voudrais le vivre tout prés de toi
    Pouvoir me blottir au creux de tes bras
    *
    Si le temps devait s'arrêter pour moi
    Si je n'avais plus qu'une heure devant moi
    J'oserais enfin te dire cet amour
    Qui brûle mon cœur depuis tant de jours

                                                                              REFRAIN

    Et je reste là, à te regarder,
    Là, comme un copain, à prendre ta main,
    A garder ta main pour calmer tes peurs.

    Et je reste là, comme un bon gros chien
    Qui lèche ta main pour calmer ses peurs,
    Pour te protéger, et se rassurer.
    *
    Je veux m'enivrer de l'odeur de ta peau !
    Je veux goûter à ta voix !
    Prés de ta chaleur moi je reste là.

     Moi je reste là.

             COUPLETS 

    Je n'ai jamais su par timidité
    Prendre le courage de te parler.
    J'avais tell'ment peur que tu me repousse,
    Que je préférais jouer la comédie.
    *
    Mais la comédie, celle de l'amitié,
    Alors que mon corps brûle tout entier,
    Me fait bien trop mal ! Je voudrais crier !
    Mes lèvres, pourtant, n'osent pas bouger.

       REFRAIN

    Et je reste là, à te regarder,
    Là, comme un copain, à prendre ta main,
    A garder ta main pour calmer tes peurs.

    Et je reste là, comme un bon gros chien
    Qui lèche ta main pour calmer ses peurs,
    Pour te protéger, et se rassurer.
    *
    Je veux m'enivrer de l'odeur de ta peau !
    Je veux goûter à ta voix !
    Prés de ta chaleur moi je reste là.

     Moi je reste là. 

                     COUPLETS

    Si le temps devait s'arrêter pour moi,
    Si je n'avais plus que très peu de temps.
    Si je n'avais plus qu'une heure devant moi.
    Si le temps devait suspendre son vol,

    Doublon

    J'oserai, alors, faire le premier pas.
    Te montrer cet homme que tu ne vois pas.
    Mes lèvres oseraient, alors, te donner
    Le feu de l'amour pour le partager.

     Bis

    Le feu de l'amour pour le partager.

      Si je n'avais plus de temps

    N. Ghis. 

    Texte de chanson écrit en 2005

    Tiré d'une poésie écrite en 1983

    sceau copyright 

      


    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique