•  

    Résultat de recherche d'images pour "Images d'oranges à dessert"

     

    Riche en antioxydants et en vitamine C,

    l’orange a de nombreuses vertus santé.

    L’intérêt principal des agrumes pour la santé réside dans leur richesse en flavonoïdes, des composés

    de la famille des polyphénols. Ces antioxydants puissants agissent en synergie avec la vitamine C et

    les acides organiques. Les flavonoïdes et les composés aromatiques des écorces d’agrumes

    possèdent en outre une action protectrice vis-à-vis des veines et des capillaires. Ils sont utilisés à cet

    effet pour fabriquer des médicaments protecteurs des vaisseaux sanguins.


    L'orange a un apport énergétique modéré (45 kcal/100 g). Elle justifie parfaitement sa bonne

    réputation vitaminique : un fruit moyen (150 à 180 g net) couvre pratiquement la totalité de l'apport

    quotidien recommandé en vitamine C (80 mg pour l’adulte).


    Un apport particulièrement important l’hiver, la pleine saison de l’orange. C’est durant cette période

    que nous devons faire face aux agressions microbiennes et virales,

    à la fatigue et aux baisses de forme...

    Or, la vitamine C stimule les réactions de défense de l’organisme, en activant la formation des

    anticorps et l’activité phagocytaire des globules blancs. Elle intervient aussi dans la biosynthèse de

    l’adrénaline et des corticoïdes, les hormones du stress.

    C’est de cette façon que la vitamine C accroît

    la résistance aux agressions.


    Mais elle joue de plus un rôle important dans la synthèse cellulaire (notamment des tissus

    conjonctifs, des os et des cartilages), et dans l’absorption du fer : des processus dont le bon

    déroulement favorise également les défenses de l’organisme.


    Grâce à sa vitamine C, présente à un taux optimal et stable, l’orange contribue indéniablement à la

    sécurité vitaminique et à la bonne forme du consommateur.


    La teneur en vitamine C de l'orange est très stable : l'acide est en effet protégé par l'acidité du milieu

    (présence des acides organiques naturels du fruit) et par la peau épaisse qui constitue une protection

    efficace vis à vis de l'oxygène de l'air (qui détruit la vitamine C).


    Dans le temps, la diminution de la vitamine C est lente, et extrêmement faible :

    la perte ne dépasse pas 5 à 10% en général, même au bout de plusieurs semaines.

    Une aide en cas d’hypercholestérolémie familiale

    Des chercheurs ont montré que la consommation quotidienne de 750 ml de jus d’orange

    augmente le taux de cholestérol-HDL (le « bon » cholestérol) chez des personnes souffrant

    d’hypercholestérolémie. Lorsque le cholestérol-HDL s’élève, le risque cardiovasculaire diminue.

    Les chercheurs attribuent cet effet à un flavonoïde contenu dans l’orange : Hespéride.


    L'hespéridine est le principal flavonoïde de l’orange et se retrouve en grande quantité dans la partie

    blanche de la pelure et les membranes du fruit,

    ainsi qu’en plus petite concentration dans le jus et les pépins.

     
    La teneur des agrumes en vitamine B9 (acide folique)

    permet aussi de prévenir les maladies cardiovasculaires.

    L’acide folique réduirait le taux sanguin d’homocystéine,

    un acide aminé apporté par les protéines et qui représente un des facteurs de risque de ces maladies. 

     

    Intéressante contre les cancers

     

    Comme tous les fruits et légumes, les agrumes, par leur richesse en antioxydants,

    permettent de prévenir les cancers. Ils semblent protéger plus particulièrement

    des cancers de l’estomac et du larynx. D’autre part,

    les terpènes des agrumes rendent plus efficaces les enzymes de détoxification contre les agents

    cancérigènes.

     

     Quand la vitamine C cible des cellules cancéreuses

     

    Un anti-inflammatoire naturel ?

     

    Grâce à ses flavonoïdes, l’orange a aussi un effet anti-inflammatoire sur l’organisme.

    Chez les personnes qui souffrent de maladies comme la polyarthrite rhumatoïde,

    consommer des aliments riches en flavonoïdes serait en effet bénéfique.

    Une amie des os

     

    On peut manger des oranges sans risquer de se décalcifier ! Et bien au contraire, l'orange est l'un des

    fruits qui fournit le plus efficacement du calcium à l'organisme. Dans l'orange, en effet, le calcium

    est relativement abondant (40 mg aux 100 g, au lieu de 5 à 15 mg dans la plupart des autres fruits).

    Par ailleurs, le rapport calcium / phosphore est de 2,5 ce qui est une valeur optimale pour la bonne

    utilisation du calcium. Enfin, la présence d'acides organiques (et en particulier d'acide citrique) joue

    également un rôle favorable sur l'assimilation calcique. Ainsi, l'utilisation biologique du calcium de

    l'orange apparaît voisine de celle du calcium du lait, modèle en la matière.

    De ce fait, l'orange ne peut que favoriser le bon statut calcique de l'organisme.

    Notre régime alimentaire, en apportant beaucoup de viande et de céréales, acidifie l’organisme.

    Or, les acides organiques des agrumes (qui leur confèrent leur saveur acidulée) possèdent

    paradoxalement un effet alcalinisant : en s’unissant à des minéraux comme le potassium, ils forment

    des bicarbonates qui compensent l’acidité du corps. Cette propriété des agrumes est particulièrement

    intéressante dans la lutte contre l’ostéoporose. Une forte acidité contraint en effet le corps à puiser

    du calcium dans les os pour conserver l’équilibre acide-base.

    Les agrumes permettent de contre balancer l’effet acidifiant de notre régime alimentaire

    sans puiser dans nos réserves osseuses.


    votre commentaire
  •  

    Les bienfaits pour la santé du chocolat noir sont élucidés | Nuage ... 

    Le chocolat est riche en apports bénéfiques sur notre santé. Et tant mieux, parce qu’on l’adore ! Du coup, bonne nouvelle ! On a bien le droit d’en manger un petit carreau chaque jour. Mais n’en faites pas profiter votre animal de compagnie… Il l’aimera peut-être mais ne le supportera pas bien longtemps. En cette journée de lutte contre l’hypertension, voyons si le chocolat peut nous aider grâce à ses bienfaits.

    Mais pas le chocolat au lait.

    Les effets du chocolat sur la santé

    Le chocolat, bon pour la santé

    Tout d’abord, soulignons que le chocolat contient du magnésium, du phosphore, du potassium et du fer : 4 éléments chimiques indispensables à notre organisme au quotidien.

    Il contient également de la théobromine, un composé proche de la caféine. Cette substance est un stimulant permanent qui affecte l’humeur et prévient la toux. Alliée au tryptophane, un acide aminé également présent dans le cacao, elle est un antidépresseur naturel. Ainsi, le chocolat diminuerait le risque de maladies cardio-vasculaires et d’accidents vasculaires cérébraux.

    Le cacao comporte également des flavonoïdes, un antioxydant très efficace qui a un effet anti inflammatoire bénéfique sur la santé. Ils limitent l’hypertension, réduit la pression artérielle et permet un meilleur contrôle de la tailles des vaisseaux sanguins. Il s’agit également d’une substance antidiarrhéique. Avec la vitamine E, les flavonoïdes améliorent la densité et l’hydratation de la peau, ainsi que sa autoprotection, car ils augmentent la circulation sanguine au niveau cutané.

    Le chocolat est donc bon pour la peau. Il améliore la cicatrisation, réduit les dommages cutanés et les rides. Il prévient également le risque d’ulcère gastrique. Les effets bénéfiques du chocolat sur le système circulatoire lui confère en plus des propriétés anti cancer. Lorsque du chocolat fond dans votre bouche, cela accélère vos pulsations cardiaques. Celles-ci sont alors encore plus intenses qu’un baiser passionné. Et cet effet dure jusqu’à 4 fois plus longtemps ! La fonte du chocolat en bouche a aussi un effet , c’est-à-dire qu’il stimule votre cerveau. Cela retarde le déclin des fonctions cérébrales lié à l’âge.

    Enfin, le cacao permettrait de traiter le diabète et auraient des propriétés anti-carie !

    Le chocolat est aussi connu pour…

    • Ses vertus aphrodisiaques : mais cela est faux, bien que sa consommation reste un plaisir très sensuel !
    • Provoquer de l’acné : c’est également une fausse idée reçue. L’indice glycémique du chocolat est faible (comparable à celui du pain de seigle). Il pourrait au contraire diminuer le stress, et donc aider à réduire l’acné.

    Toutefois, attention ! Le chocolat a beau avoir un indice glycémique bas, il n’empêche qu’il s’agit d’un aliment énergétique. Composé de glucides et de lipides, le risque d’obésité est l’un de ses effets négatifs. Mais bonne nouvelle : le chocolat n’augmente pourtant pas le taux de « mauvais cholestérol » présent dans votre corps.

    Le chocolat noir est bon pour la santé.

    Contre-indications

    S’il a de nombreuses vertus nous concernant, le chocolat peut toutefois être mortel pour les animaux. La théobromine (qui s’apparente à la caféine) si bénéfique pour nous, l’est bien moins pour nos petits amis à quatre pattes. Elle stimule le système nerveux, mais l’organisme de nos chiens, chats, rats, perroquets et chevaux ne permet pas de l’éliminer. Par conséquent, l’ingestion de cette substance par un animal peut causer des convulsions épileptiques, un infarctus, des hémorragies internes, jusqu’à la mort.

    Même à faible dose, cela peut entraîner des lésions, notamment une cécité chez les chiens. Si cela devait arriver à votre animal de compagnie, ni une ni deux, administrez-lui un vomitif dans les deux heures (sauf pour les rats). Dans tous les cas, mieux vaut l’emmener chez votre vétérinaire, qui tentera de limiter l’absorption de théobromine par l’organisme de votre animal.

     


    votre commentaire