• Une peine qui fait mal.

     

    Une peine

     

    Une peine qui fait mal.

     

    Après tout ! Ce n’est qu’une peine !

    Peine de cœur, Peine de l’âme, blessure causée par l'ami (e)

    La peine d’avoir perdu cet (te) ami (e) que l’on croyait sincère,

    Bien souvent une peine qui se retranche derrière un oubli forcé

    Que l'on ne veux plus vivre en tant que peine,

    Et qui, pourtant, nous guette les jours maussades,

    Dans les moments de cafard interminables,

    Qui nous pince le cœur en pensant à l’ami (e)  perdu :

    Cette perte de l’ami (e) en qui l'on croyait,

    Une peine entretenue par la perte de cet ami (e) qui nous a déçu.

    Une peine intérieur qui ne peut se voir de l'extérieur,

    Mais qui nous ronge et nous déçoit en mots non exprimés.

    Une peine que nous méprisons, mais qui continue de nous blesser.

    Elle est cachée à l'intérieur de nous, pour ne pas que d'autres la voient.

    Pourquoi s'en faire à cause d'une amitié perdue ?

    Une peine pour une personne qui n'en vaut, peut-être pas la peine...

    C’est une peine que nous devons laver en larmes cachées.

    Une peine qu'il  nous faut condamner de par nos mots simplement exprimés,

    Parce que trop lourde à porter, seuls (es)...

    " Peine : que viens-tu faire dans nos pensées ?

    Nous lâcheras-tu un jour, un soir, un matin ?

    Retrouverons l’entrain d’autrefois sans que tu nous tourmentes encore ?

    Peine infini qui nous punit d'avoir trop fait confiance.

    Tu es cette peine qui alourdit notre raisonnement, et provoque notre déception.

    Tu nous tourmentes, tout en nous enlevant notre joie de vivre,

    Faisant naître en nous une certaine mélancolie,

    Un certain regret d'avoir mis son âme à nue devant cet esprit que l'on connait à peine, et qui,

    Cachant bien son jeu, ne se montrant que sous la forme d'un chiot, ou d'un chaton inoffensif

    Vient vous ronronner pour mieux vous amadouer, vous faire craquer et puis,

    A la première occasion, vous lâche pour une prise de bec

    avec une blogueuse, qui ne le concernait même pas.

     Les peines se vivent, font souffrir sous la colère, sous l'incompréhension et, à la longue,

    s'endorment dans un coin de notre cœur...

    Une peine ne s'oublient pas... Jamais.

    N. GHIS.

    Une peine

     

    N. GHIS. écrit le 29 mars 2018

     

    « Belles demoiselles élégantes de Jo !Petite danseuse de San Francisco de Jo »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 3 Avril à 14:18
    bonjour,une peine ne s'oublie pas mais le temps fera son oeuvre et te fera moins souffrir!je ne sais qui est cet ami que tu as perdu à cause d'une méchante personne mais dis toi que si ,si peu a suffi à le faire partir,il ne te méritait donc pas! Plein de bisous Sabine
    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter